Les causes du décès de Napoléon

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.

Les causes du décès de Napoléon

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

Dans ses Mémoires, Antommarchi rapporte un échange qu'il aurait eu avec le "Conseil" britannique. Ce dialogue est-il authentique ou est-il le fruit d'une reconstruction a posteriori du médecin corse ? Difficile de trancher. Il expose toutefois sa théorie sur les causes du décès de Napoléon.
- Et Longwood ? l'exposition en était bonne ?
- Affreuse; froide, chaud, sèche, humide; elle confondait tous les extrêmes, elle les assemblait vingt fois le jour.
- Elle n'a pas eu d'influence sur la santé du général Bonaparte ?
- Elle l'a mis au tombeau.
- Comment cela ? Il a succombé à une affection héréditaire.
- Les hérédités sont des chimères que la médecine désavoue; c'est la latitude qui l'a emporté.
- Vous le croyez ?
- J'en suis convaincu.
- Mais son père ?
- Son père est mort d'un squirre au pylore, et lui à la suite d'une gastro-hépatite chronique. Ses affections ne lui avaient pas plus été transmises que son génie, tout résidait en lui.
- La même maladie ne l'eût pas atteint en Europe ?
- Elle n'est endémique qu'à la latitude de Sainte-Hélène.
- Si l'on avait changé de lieu ?
- Il vivrait encore.
- Même lorsque le déplacement ne se fût effectué que dans les derniers mois ?
- Même alors, sa constitution était foret; il a fallu au climat deux ans pour la détruire.
- L'ulcère ne datait que de cette époque ?
- Il ne remontait pas plus haut.
- Fâcheux !
- Fâcheux !
- Mais le repos du monde en dépendait.
- Cependant...
- Eh ! oui, dit un membre du conseil, il eût encore bouleversé l'Europe, s'il eût pu la toucher.
- La question politique n'est pas de ma compétence, mais il y avait des stations aussi sûres et moins malsaines.
- Qui savait que Sainte-Hélène fût aussi insalubre ?
- Le Parlement, la Société royale, tout le monde. Les tables de la mortalité sont partout; elles attestent que personne n'y touche à quarante ans sans la mort, la nullité morale, ne le saisissent.


Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 22/02/2005 16:40
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

difficile d'y croire...Antommarchi a la réputation d'être un affabulateur, de même qu'un médecin de piètre compétence

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Cipriani le 23/02/2005 17:09
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

Justement, il pourrait avoir fabriqué cette explication climatique pour justifier son impuissance à soigner Napoléon et essayer de faire croire qu'il était moins mauvais médecin qu'il n'y paraissait.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 23/02/2005 17:41
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

:D
Bonsoir,
arrêtez d'entretenir la légende noire d'Antommarchi.
Croyez-vous donc qu'il était si nul que celà. Parce qu'il avait étudié sa médecine en Italie, il n'aurait pas eu les mêmes connaissances que Corvisart ?
Il naît le 5 juillet 1789 à Morsiglia, fils de notaire, à l'âge de 15 ans, il part étudier à à Livourne puis à Pise. Gràce à ses remarquables résultats, il devient le protégé du Chevalier Colonna de Leca, intendant de Mme Mère.
En 1808, il passe sa thèse de philisophie et de médecine à l'université de Pise. Le 9 juillet 1808 il est admis à l'hôpital Santa Maria Nuova avec la caution du Dr Nicolas Botezza. Il est astreint aux gardes, il suit les leçons de physiologie, de pathologie chirurgicale, de thérapeuthique, de traitements des maladies particulières, de médecine opératoire, d'obstétrique, de chimie médicale, de botanique.
Le 27 janvier 1812, il présente sa thèse de docteur en chirurgie, qui est consacrée à l'opération de la cataracte.
En 1813, il est nommé docteur en chirurgie, et travaille sous les ordres de Mascagni à la préparation d'ouvrages anatomiques.
En 1818, on lui propose le poste de médecin de l'Empereur à Ste Hélène. Il est en compétition avec un autre praticien Foureau de Beauregard, mais c'est Antommarchi qui est choisi après une sévère enquête du Gal Bertrand.
Arrêtez de dire qu'Antommarchi fut choisi parce qu'il était le moins cher, et le plus mauvais.
Il a au contraire accepté la lourde tâche avec une certaine fierté. Il avait les connaissances de la médecine de son époque.
Il a très certainement grandi son rôle et sa fonction à son retour.
Mais tout le monde connaît les relations qu'entretenait l'Empereur avec les médecins. Bien portant il les raillait.
Salutations
Corso

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Corso le 18/08/2005 21:13
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

c'est interessant comme point de vue parce que tout ce que j'ai lu jusqu'à présent sur le bonhomme n'était guère flatteur d'où mon expression "avait la réputation de" pour le médecin je veux bien admettre que Napoléon ait sous-estimé ses capacités, quant à l'accusation d'être un affabulateur dans l'affaire du masque mortuaire il a tout d'un truqueur, voire d'un voleur parce qu'apparemment le masque mortuaire c'est surtout Burton pas lui qui l'a réalisé...

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Cipriani le 19/08/2005 09:06
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

:D

C'est lui qui pratiquera l'autopsie de l'Empereur, en temps que meilleur anatomiste de son époque. Le procès-verbal dressé par le Dr Antommarchi est un modèle de clarté et de précision.

Et oui, il est des choses qui perdurent, comme le fait que Madame Mère aurait refusé de le recevoir à son retour.

C'est vrai qu'il n'a pas laissé à la postérité une image bien rutilante, et pourtant, cet âne baté comme l'écrit Castelot dans son Napoléon, était à l'âge de 23 ans docteur en philosophie médecine et chirurgie.

Quant au masque mortuaire, il en avait également la paternité. Il n'a fait que récupérer une des trois parties du moulage. En celà il accomplissait le voeu de l'Empereur qui lui aurait demandé de ne pas être touché par les médecins Anglais.

L'Empereur ne l'a-t-il pas couché dans son huitième codicille ?

Salutations

Corso

Sources
Etude sur la véritable valeur du Dr François Antommarchi, originaire de Morsiglia médecin de l'Empereur à Ste Hélène par AF Vincentelli, E. Vincentelli et Victor Lorenzi vers 1970.
Semaine des Hôpitaux n° 52 du 20 décembre 1969; Le vrai visage d'Antommarchi, dernier médecin de l'Empereur par J. Pulet.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Corso le 19/08/2005 09:38
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

Pourtant, il me semble que l'Empereur à Ste-Hélène, voyant que Antommarchi ne croyait pas à sa maladie et souriait même, alors en l' entendant se plaindre et qu'il agonisait, lui dit :"Monsieur, je puis excuser votre incapacité, mais pas votre manque de coeur !"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Yves le 19/08/2005 11:46
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

:D
Pourquoi le coucher sur son testament le 27 avril ? lui offrir une pension à vie et demander que sa bonne Louise le prenne à son service ?
Antommarchi n'etait peut-être pas très finaud, mais il avait des compétences certaines à défaut de certaines compétences.
Salutations.
Corso

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Corso le 19/08/2005 15:34
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

Petite devinette...savez vous ce qu'a fait ANTOMARCHI apres Sainte-Helene, ou est il mort et enterré?

CORDIALEMENT

Posté sur le forum Pour l'Histoire par docteur philippe le 19/08/2005 16:40
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

:D

Il débarque à Posthmouth le 03 aout. Se rend à Londres puis à Rome. Il y rencontre la famille de l'Empereur, ainsi que Mme Mère qui le reçoit à trois reprises. Elle lui fit cadeau d'une bague avec un gros saphir qui se trouve à Morsiglia, village natale du Docteur.
Il se rend ensuite à Paris.
En 1830, il est à Varsovie pendant l'insurrection polonaise. Il y prend la direction des institutions de médecine.
Revenu à Paris, il part en Amérique en 1834. Il visite la Nouvelle Orléans, Mexico et La Havane. Il se rend à Santiago de Cuba et à Caracas, où un de ses frères est établi.
En 1838, il se rend à La Havane et se propose pour étudier la fièvre jaune. Il meurt des suites de cette fièvre qu'il était venu combattre le 3 avril 1838 à l'âge de 48 ans. Laisant la ville de Santiago de Cuba dans une profonde consternation. Ses funérailles furent grandioses, son cercueil fut salué par la foule, et eut droit aux honneurs militaires
Ses restes furent déposés dans le caveau de famille de Las Delicias, mais disparaissent lors de la désaffection du cimetière Santa Anna en 1868. L'acte de décès a été dressé à l'église paroissiale de Santo Thomas à Santiago de Cuba.
Il semble que sa tombe ait elle aussi également disparu.
Hors sujet, mais la famille de mon épouse, détient un "N" confectionné dans du galon doré, confectionné à Ste Hélène et faisant parti du dais mortuaire de l'empereur. Ce "N" fut remis par le docteur Antommarchi au grand-père de la grand-mère de mon épouse Pompeï Jean, né en 1796 et décédé à La Porta d'Ampugnani en 1878.

Gilbert Martineau a laisse de lui un portrait peu flatteur, mettant en doute ses capacités.
Cordialement.
Corso

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Corso le 19/08/2005 16:57
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 18:30

J'ai vu sa tombe à Santiago de Cuba.Dans un cimtierre ou se trouvent quelques heros de l'independance cubaine on nous a montré la tombe ....d'Antommarchi!!!!!!
Et à ma grande stupefaction j'ai appris qu'il avait été le fondateur de l'opthalmologie!!!!!
Autre anecdote il existe à La Havane un musée NAPOLEON que j'ai visité....He oui...!

CORDIALEMENT

Posté sur le forum Pour l'Histoire par docteur philippe le 19/08/2005 19:48
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00


Retour vers Chef d'Etat, militaire, mari, amant, père, ami...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron