Les conquérants

Légende noire, légende rose, récits un peu fantastiques autour de Napoléon et de son règne, investissement affectif à l''égard du personnage... Autant de sujets auxquels cette rubrique est consacrée.

Les conquérants

Message par Frédéric Staps » 10 Jan 2019 22:00

Image

A propos de cette image, j'avais indiqué que j'avais commis une erreur. Je pensais que quelqu'un d'autre finirait par s'en rendre compte, mais comme personne jusqu'à présent n'a indiqué quelle était cette erreur, j'en conclus que soit personne ne l'a remarquée, soit personne n'a jugé bon de la relever. Je me dois donc d'expliquer moi-même quelle est cette erreur.

N'ayant pas vraiment prêté attention à ce qui se trouvait sur les côtés de cette peinture, j'avais conclu un peu rapidement qu'il s'agissait d'une toile qui visait à glorifier les "conquérants" (ce qui, à mes yeux, pouvait justifier l'absence de conquérants plus controversés comme Cortès, Pizarre ou Tariq ibn Ziyad). Mais c'est là que je me trompais. Je m'en suis rendu compte en lisant les commentaires de l'époque où cette toile a été présentée au salon.

Cyril Drouet citant Henri Chantavoine a écrit :Je voudrais pouvoir penser et dire plus de bien de la toile de M. Fritel, les Conquérants. Je crois en sentir l’intention qui ne manque pas d’une certaine grandeur et d’une certaine poésie, mais un peu étranges et un peu macabres. M. Fritel admire et maudit ces grands tueurs d’hommes qui s’appellent Sésostris, Alexandre, César, Napoléon, et qui sèment de cadavres leur chemin de gloire.Il a mis les principaux dans un carré, en forme d’arc de triomphe sans porte, suivis de leurs capitaines; il leur a donné à tous le masque dur et tragique il les a flétris d’une couleur livide qui est comme un premier châtiment. Des deux côtés de la route il a étalé, les pieds en avant, comme dans une Morgue immense, les victimes nues et cadavériques de ces grands assassins. L’impression est assez forte, mais elle est pénible. Sommes-nous donc, jusqu’à un certain point, les complices de ces victorieux et leur pardonnons-nous trop lâchement leur gloire sanglante ?
En paraphrasant Clemenceau, on pourrait dire que l'histoire militaire n'est pas de l'histoire.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3765
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Re: Les conquérants

Message par Cipriani Franceschi » 11 Jan 2019 20:10

Autrement dit, Fritel (voilà un peintre fort oublié) l'auteur de cette toile des Conquérants n'était pas à proprement parler un napoléonien convaincu ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
 
Message(s) : 1153
Inscription : 14 Jan 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Les conquérants

Message par Frédéric Staps » 11 Jan 2019 20:56

Etant donné que la peinture de Fritel est à peu près contemporaine du Rêve de Detaille, j'avais cru qu'il s'agissait également d'une toile peinte pour glorifier les militaires.

Image

Mais ce n'est apparemment pas tout à fait le cas, comme semblait le penser Henri Chantavoine, qui s'interroge lui-même sur ses propres sentiments : "Sommes-nous donc, jusqu’à un certain point, les complices de ces victorieux et leur pardonnons-nous trop lâchement leur gloire sanglante ?"

Pour Fritel qui a passé de longues heures sur cette toile, il ne sait d'ailleurs pas exactement ce qu'il a voulu faire passer avec ce tableau puisqu'il écrit : "M. Fritel admire et maudit ces grands tueurs d’hommes qui s’appellent Sésostris*, Alexandre, César, Napoléon, et qui sèment de cadavres leur chemin de gloire."

* On notera au passage que, pour Chantavoine, le pharaon qui apparaît sur cette toile n'est pas Ramsès II, mais Sesostris III.
En paraphrasant Clemenceau, on pourrait dire que l'histoire militaire n'est pas de l'histoire.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3765
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Re: Les conquérants

Message par Cipriani Franceschi » 11 Jan 2019 22:14

Frédéric Staps a écrit :Etant donné que la peinture de Fritel est à peu près contemporaine du Rêve de Detaille, j'avais cru qu'il s'agissait également d'une toile peinte pour glorifier les militaires


Edouard Detaille et son fameux tableau Le Rêve sont tout de même bien plus connus que ce monsieur Fritel largement tombé dans l'oubli... à sa décharge toutefois, rappelons que le tableau de Detaille s'inscrit dans le contexte revanchard de l'après-défaite de 1870-71

Frédéric Staps a écrit :On notera au passage que, pour Chantavoine, le pharaon qui apparaît sur cette toile n'est pas Ramsès II, mais Sesostris III.


C'est un peu surprenant car Sésostris III est bien moins "médiatique" qu'un Ramsès II ou un Toutankhamon... et pourtant, c'est effectivement un grand pharaon du Moyen-Empire qui étendit militairement le territoire de l'Egypte au Sud, avec la Nubie
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
 
Message(s) : 1153
Inscription : 14 Jan 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Les conquérants

Message par Frédéric Staps » 11 Jan 2019 22:40

Cipriani Franceschi a écrit :Edouard Detaille et son fameux tableau Le Rêve sont tout de même bien plus connus que ce monsieur Fritel largement tombé dans l'oubli... à sa décharge toutefois, rappelons que le tableau de Detaille s'inscrit dans le contexte revanchard de l'après-défaite de 1870-71

A sa décharge ????
Cipriani Franceschi a écrit :C'est un peu surprenant car Sésostris III est bien moins "médiatique" qu'un Ramsès II ou un Toutankhamon... et pourtant, c'est effectivement un grand pharaon du Moyen-Empire qui étendit militairement le territoire de l'Egypte au Sud, avec la Nubie

Quand Fritel a peint son tableau, Toutânkhamon n'était qu'un obscur pharaon mort à 19 ans dont peu de gens connaissaient le nom. C'est la découverte de sa tombe en 1922 et l'invention d'une malédiction associée à cette découverte qui l'ont rendu célèbre.
En paraphrasant Clemenceau, on pourrait dire que l'histoire militaire n'est pas de l'histoire.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3765
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Re: Les conquérants

Message par Cipriani Franceschi » 12 Jan 2019 10:29

Frédéric Staps a écrit : A sa décharge ????


Je me suis mal exprimé (et d'ailleurs, le terme était mal choisi) je voulais dire à la décharge de Pierre Fritel :?

En effet, Detaille est un peintre militaire dont l'œuvre s'inscrit dans le contexte de la défaite de 1870, la perte de l'Alsace-Lorraine, et la perspective de la revanche, tandis que l'allégorie "Les Conquérants" de Fritel s'inscrit dans une toute autre démarche artistique, ce qui peut expliquer que ce tableau, qui est pourtant contemporain puisque datant de 1892, n'est pas resté dans la mémoire collective

Frédéric Staps a écrit :
Quand Fritel a peint son tableau, Toutânkhamon n'était qu'un obscur pharaon mort à 19 ans dont peu de gens connaissaient le nom. C'est la découverte de sa tombe en 1922 et l'invention d'une malédiction associée à cette découverte qui l'ont rendu célèbre.


Certes, les "exploits" militaires d'un Sésostris III conquérant de la Nubie, inscrits dans la pierre des temples, étaient sans doute bien plus connus à l'époque de Fritel que la vie de Toutankhamon... Notons toutefois, selon une autre source de Cyril Drouet, que tous les témoins de l'exposition en 1892 du tableau Les Conquérants n'étaient pas unanimes sur le nom du pharaon figurant sur cette œuvre, le nom de Ramsès est également cité :

Celui de Georges Lafenestre (« Les Salons de 1892 », La Revue des deux mondes, t. 111, mai 1892) :
« Dans son énorme toile qui occupe le fond du grand salon ouest, les Conquérans, M. Fritel s'est, de toute évidence, efforcé avec plus d'énergie de hausser son style au niveau de sa conception qu'il croyait être une conception épique. M. Fritel n'est pas le premier venu; la suite de ses œuvres, peu nombreuses, toutes empreintes de la même conviction, prouve, chez lui, une de ces volontés suivies qui deviennent rares. Il ne poursuit pas la popularité, il ne craint pas le ridicule: c'est une force. En 1885, il obtint un succès mérité (1). Avec ses Conquérans, il a voulu frapper un grand coup; il est clair que le génie lui a manqué; pour donner tout l’effet voulu à une pareille conception, ce ne serait pas trop du pinceau éclatant et passionné d'un Rubens ou d'un Delacroix; or, si le talent de M. Fritel a de la conviction, de la correction, de la candeur même et le sens de l'héroïque, il manque tout à fait d’éclat. Figurez-vous les tueurs d'hommes les plus fameux, César en tête, à cheval, entre Rhamsès et Alexandre debout sur leurs chars, puis, derrière eux, Charlemagne, Napoléon, Tamerlan, Gengis-Khan et les autres, s'avançant sur nous, de face, trois par trois. Tout ce cortège, en longue, massive, pesante procession, marche sous un ciel épais et noir, dans une interminable plaine, entre une double rangée de cadavres, blancs et nus, allongés régulièrement sur le sol côte à côte. La vision est puissante et, pour la rendre émouvante, il n'eût fallu qu'un peu d'ardeur dans l'exécution. Par malheur, héros et montures, aussi blancs et froids que les cadavres, demeurent pétrifiés dans leur immobilité sculpturale; les cadavres eux-mêmes, propres et bien lavés, sans mutilations ni plaies, semblent des pièces d'anatomie rangées sur un dallage d’amphithéâtre, les victimes d'une épidémie, plus que celles de la violence et de la guerre. Le grand effort; l'effort très méritoire qu’a fait l'artiste pour accentuer, par un dessin vigoureux et savant le caractère de ses chevaucheurs et les types de ses gisants, n’a pas suffi pour produire l'effet désiré; on doit le regretter lorsqu'on constate le talent très réel que M. Fritel a dépensé dans cette œuvre de longue haleine. »

La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
 
Message(s) : 1153
Inscription : 14 Jan 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Les conquérants

Message par Frédéric Staps » 12 Jan 2019 13:24

Cipriani Franceschi a écrit :L'allégorie "Les Conquérants" de Fritel s'inscrit dans une toute autre démarche artistique, ce qui peut expliquer que ce tableau, qui est pourtant contemporain puisque datant de 1892, n'est pas resté dans la mémoire collective

La plupart des peintres "académiques" de l'époque sont tombés dans l'oubli, étant classés dans la catégorie méprisée des "peintres pompiers", les historiens de l'art ayant jugé les seuls peintres impressionnistes dont on refusait les toiles dans les salons comme dignes de passer à la postérité.

L'apparition de la photographie à la même époque a sans doute contribué au discrédit dont a été frappé le dessin et la peinture réalistes à partir de cette époque.

Au même titre que les compositeurs qui continuaient à écrire de la musique dans la tradition classique et romantique se sont reconvertis en compositeurs de musique de films, les peintres et dessinateurs réalistes ont dû se tourner vers les illustrations ou la bande dessinée où leurs talents étaient toujours appréciés.

Image
En paraphrasant Clemenceau, on pourrait dire que l'histoire militaire n'est pas de l'histoire.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3765
Inscription : 26 Avr 2006 12:17


Retour vers La légende napoléonienne

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron