NAPOLEON ET LES FEMMES - (1) -

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Invité

NAPOLEON ET LES FEMMES - (1) -

Message par Invité » 21 sept. 2006 13:21

Un aspect peu habituel et rarement évoqué de la personnalité de Napoléon...

Introduction du livre "Napoléon et les femmes" de Guy Breton.

"Le portrait de Napoléon qui sera proposé dans ce livre surprendra sans doute.
C'est que des historiens tristes, graves et compassés ont dénaturé la véritable figure de l'empereur. Soucieux de le peindre sous les traits d'un demi-dieu, ils ont volontairement omis de nous le montrer sous son aspect le plus humain, c'est à dire dans un lit avec une dame.
Or Napoléon adore les femmes. Elles l'obsèdent. Pour aller les retrouver, il laisse ses dossiers, ses plans de bataille, ses soldats, ses maréchaux. Pour les attirer, il leur distribue des milliards de notre monnaie. Pour les séduire, il leur écrit des milliers de lettres d'amour. Pour les caresser, il leur consacre tant de jours et tant de nuits, qu'on se demande où il trouve le temps de diriger son empire et de faire la guerre...
Sait-on qu'à lui tout seul, il eut plus de maîtresses que Louis XV, François 1er et Henri IV réunis?...
La compagnie des femmes lui est à ce point indispensable, qu'il est impossible de comprendre son caractère si l'on refuse de le voir s'ébattre sur une courtepointe. Avec ses belles amies, il montre, en effet, l'une de ses qualités essentielles : la gaminerie.
Cette gaminerie qui le pousse à jouer à saute-mouton sur la pelouse de la Malmaison avec les demoiselles de la cour, à se cacher sous des coussins pour faire rire Melle George, à s'habiller en bourgeois pour aller nuitamment retrouver une maîtresse en ville, à se promener dans Paris sous un déguisement en compagnie de Marie Walewska, ou à courir, pieds nus, dans les couloirs de Fontainebleau, à la poursuite d'une jolie lectrice de l'impératrice dont la fesse bien placée l'a mis de bonne humeur...
Toutes ces femmes ne se contentent pas de lui donner quelques instants de plaisir. Certaines ont une influence considérable sur sa destinée : Joséphine lui permet d'avoir le commandement en chef de l'armée d'Italie, Pauline Fourès l'aide à reconquérir son prestige en Egypte. Désirée Clary est son efficace complice dans le coup d'état du 18 brumaire, etc...
Nous voilà loin de la Légende...
Bien entendu, ce portrait un peu insolite d'un Napoléon gamin et coureur de jupons n'était possible qu'à la condition expresse de l'étayer sur des preuves irréfutables. C'est pourquoi il m'a paru souvent indispensable de citer longuement les témoins des scènes les plus extraordinaires.
On pourra ainsi constater que Napoléon n'avait pas toujours la main dans l'échancrure de son gilet..."

Une petite anecdote rapportée par Le baron Larrey, fils du chirurgien en chef de la Grande Armée:
Un jour, après une bataille, son père vit arriver l'empereur au quartier général, l'oeil allumé, haletant, nerveux.
- "Une femme!... Une femme tout de suite! criait-il, qu'on m'amène une femme!..."

A suivre...
Avatar du membre
CC
Messages : 6245
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 21 sept. 2006 17:07

Ha dis donc, Marlène, voilà un feuilleton qui promet bien de l'intérêt!

J'imagine cependant mal Napoléon arrivant haletant et nerveux, réclamant "une femme, une femme tout de suite" comme un drogué réclamant sa dose. :|
Invité

Message par Invité » 21 sept. 2006 17:13

Peut-être la poussée d'adrénaline due à la bataille?... :wink:
C'est fort possible.

(CC, si ce sujet vous paraît trop incorrect, supprimez-le, pas de problème... :wink: )


:fleur:
Avatar du membre
ACL Lasalle
Messages : 240
Enregistré le : 18 sept. 2006 10:58

Message par ACL Lasalle » 21 sept. 2006 17:14

Hé bien, l'on ne sait pas. tout est possible avec ce grand homme.
Déjà que je l'enviais pour sa gloire et sa fortune, je suis maintenant vert de jalousie à l'idée qu'il puisse dire "une femme, vite une femme" et être servi aussitôt. Quel veinard!!
Avatar du membre
CC
Messages : 6245
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 21 sept. 2006 17:22

Oh, ACL, vous aimeriez cela? :diable:

Non non, Marlène, je ne supprime pas! S'il s'agit d'histoire et surtout de Napoléon, je suis toute ouïe au contraire!

Mais il semblait quand même avoir perdu le sens commun, non? Tout lui était dû. Il est tombé de haut ensuite. :?
Avatar du membre
ACL Lasalle
Messages : 240
Enregistré le : 18 sept. 2006 10:58

Message par ACL Lasalle » 21 sept. 2006 17:27

Comme tout homme qui se respecte, je ne puis dire que cela ne m'a jamais effleuré l'esprit. De là à dire que j'aimerai ça, il y a un grand pas :banane: :fou:
Avatar du membre
Fortune
L'Abeille de l'Empereur
Messages : 1499
Enregistré le : 07 août 2006 16:04
Localisation : France

Message par Fortune » 21 sept. 2006 18:37

Avec ses belles amies, il montre, en effet, l'une de ses qualités essentielles : la gaminerie.
Oui, la gaminerie, les bêtises, même à Ste-Hélène en compagnie de Betsy il ne pourra s'empêcher de faire le clown, pourtant les circonstances ne s'y prêtaient guère.

Ce filou lui avait même caché une robe dont elle avait impérativement besoin pour aller à son premier bal je crois.
(J'essaierai de retrouver le passage).

La gaminerie rajoute encore au charme. :wink:
Garder un esprit d'enfant est important...
Fortune
fulub
Vénérable TSPF
Messages : 1349
Enregistré le : 27 avr. 2006 6:08

Message par fulub » 21 sept. 2006 18:39

:bisou:
Avatar du membre
CC
Messages : 6245
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 21 sept. 2006 18:41

C'est vrai, Fortune, vous avez raison de le souligner.

C'est un côté sympathique de son caractère.

:fleur:
Nyckten
La tendresse
Messages : 1280
Enregistré le : 17 sept. 2006 19:52
Localisation : PAU

Message par Nyckten » 21 sept. 2006 19:11

Ce filou lui avait même caché une robe dont elle avait impérativement besoin pour aller à son premier bal je crois.
(J'essaierai de retrouver le passage).
j'ai entendu parler de cette histoire dans le livre "betsy et l'empereur".
Et BOOM un JSP qui tombe!
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 21 sept. 2006 19:24

Il est troublant de constater que Napoléon pouvait tout à la fois se montrer joueur et empressé avec les dames tout en étant d'une parfaite goujaterie avec certaines d'entre elles. :roll:
Il est vrai que le personnage n'en est pas à une ambiguité près...
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Et encore des "mensonges" à contester...

Message par Frédéric Staps » 21 sept. 2006 20:55

Quel crédit peut-on accorder à un auteur qui écrit d'aussi évidentes absurdités ?
Guy Breton a écrit :Sait-on qu'à lui tout seul, il eut plus de maîtresses que Louis XV, François 1er et Henri IV réunis?...
Désirée Clary est son efficace complice dans le coup d'état du 18 brumaire, etc...
Nous voilà loin de la Légende...
Avatar du membre
ACL Lasalle
Messages : 240
Enregistré le : 18 sept. 2006 10:58

Message par ACL Lasalle » 22 sept. 2006 13:44

D'ailleurs qu'a donc fait désirée Clary pour le 18 Brumaire??? Y a t il un rapport avec Brenadotte qui y était manifestement opposé et qui n'y a, me semble t il, joué aucun role?
Invité

Message par Invité » 22 sept. 2006 14:32

D'après ce que j'ai lu, ACL,
Bernadotte recevait chez lui les Jacobins ennemis de Napoléon.
Chaque matin, Désirée rencontrait sa soeur Julie et lui racontait tout ce qui s'était dit et passé lors de ces réunions.
Elle notait les conversations, les noms des généraux qui voulaient protéger le Directoire et, le soir, avant de s'endormir, demandait d'un air candide à son mari ce qu'il préparait pour empêcher "ce brigand de Napoléon" de prendre le pouvoir.
Le lendemain, les confidences de Bernadotte parvenaient rue de la Victoire, où Napoléon pouvait immédiatement se préparer à déjouer les manoeuvres de ses adversaires.
(Extrait des Mémoires de Barras : "L'inclination de Mme Bernadotte pour les corses (Joseph et Napoléon) était une véritable dépendance qui l'entraînait à un abandon dangereux de tous les détails personnels des intimités politiques de son mari...Et voilà comment Bonaparte, par le moyen de Joseph, et Joseph, par le moyen de la femme de Bernadotte, faisaient la police jusque dans le lit de Bernadotte").
Bernadotte finit par s'étonner de l'intérêt subit de sa femme pour la politique. Le jour où ses amis lui apprirent que des propos secrets échangés rue Cisalpine avaient été répétés à Napoléon, il comprit...
Trop amoureux pour lui faire un reproche, il se contenta de prendre des précautions.
(Toujours Barras : "S'étant aperçu plus d'une fois des inconvénients que lui suscitait cette alliance dans son intérieur, il prit le parti de veiller sur lui-même avec soin, pour se livrer le moins possible à sa femme. Lorsqu'il parlait à son secrétaire intime et que Mme Bernadotte entrait dans son cabinet, il se taisait ou changeait de conversation... Il appelait quelquefois sa femme, en riant, la 'petite espionne'...")

:fleur:
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 22 sept. 2006 14:51

Merci pour ces renseignements qui éclairent les affirmations un peu simplistes de Guy Breton qui ne semble pas percevoir la nuance qui peut exister entre faire office de "petite espionne" pour rapporter les conversations qui se déroulent dans sa maison et être "la complice efficace d'un coup d'Etat". :?
Quant à l'affirmation que Napoléon aurait eu plus de maîtresses que Louis XV, François Ier et Henri IV réunis, on se demande bien sur quelles statistiques elle se base. :roll:
Répondre