La cérémonie du Champ de Mars

Voici le retour de l'Aigle!

Visitez les pages sur les Cent-Jours
Répondre
fulub
Vénérable TSPF
Messages : 1349
Enregistré le : 27 avr. 2006 6:08

Message par fulub » 28 sept. 2006 9:58

Ainsi que pour le précedenteprise d'armes, nous nous levames avant le jour pour nous rendre au champs de mars, ou nous étions établis dés huit heures du matin pour recevoir nos aigles et entourer le trone de tout l'éclat que la troupe prete à ces cérémonies. De grands préparatifs avaient été faits pour donner à cette nouvelle consécration toute la majesté, tout la pompe qu'exigeait une aussi imposante solennité. En meme temps que nous , les autres regiments de la garde , les troupes en garnison a PARIS et celles qui étaient arrivées pour assister au sacre, les députations des gardes nationales de FRANCE et de toutes les armes de l'armée de terre et de mer , vinrent prendre leur place de bataille. Le champ de MARS , tout vaste qu'il est , ne pouvaient contenir tout ce qui avait été convoqué ou qui était venu volontairement pour recevoir et jurer fidélité aux drapeaux qu'on devait distribuer dans cette grande journée.
Apres la remise des aigles à chaque chef de corps et la prestation de serment , le défilé commença. Ce fut trés long et ne se termina qu'a la nuit. Nous fumes les derniers à nous retirer. C'aurait été vraiment beau si le temps eut favorise cette majestueuse solennité . Mais le degel, la pluie, le froid avaient glacé, sinon l'enthousiasme et le dévouement de l"armée à son glorieux chef,du moins les bras et les jambes.On etait dans la boue jusqu'aux genoux , surtout en face de l'immense et magnifique estrade ou se tenait L'EMPEREUR ,entouré de sa soeur et de tout l'état major général de l'armée. Je vis ,dans cette immensité armée ,le sergent du 46e de ligne qui,^portait, dans une petite urne attachée sur le coté de sa poitrine, le coeur du premier grenadier de france ,le valeureux la tour D'AUVERGNE ,mort au champ d'honneur.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 28 sept. 2006 17:02

Une cérémonie qui se voulait faste et grandiose mais qui n'a pas rencontré les objectifs poursuivis.
Napoléon aurait voulu étaler sa grandeur... il me semble que ça n'a pas fonctionné aussi bien qu'il l'aurait voulu.
Dalmatie
Messages : 189
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Message par Dalmatie » 15 oct. 2006 19:15

On retrouve ce genre de cérémonie dans l'Empire Carolingien, peût être que Napoléon s'en est inspiré :

Tous les ans, l’empereur, selon une tradition déjà ancienne, convoque ses sujets auprés de lui à la veille du départ en campagne ; car, pour une nation guerrière comme est le peuple franc, des opérations militaires sont chose normale, que chaque année la belle saison ramène avec elle. L’assemblée coincidant avec le rassemblement des troupes, la date de convocation est choisie en fonction des nécessités d’ordre militaire. De mars, où se rassemblement avait lieu encore au début du VIIIème siècle – s’où son nom de champ de mars – il avait été reporté d’abord en mai, devenant ainsi le « champ de mai » ; et ce nom, qui s’était parfois étendu à l’assemblée générale elle meme, était resté, quoique peu à peu la convocation eut été retardée jusqu’en juin, voire jusqu’en juillet ou meme en aout.
Tout les sujets de l’Empire étaient censément convoqués et censément présent. Aussi est-ce avec l’acquiescement de « tout le peuple » qu’y sont arrêtés les décisions. Jamais l’Empereur ne manque de le déclarer dans les actes qu’il promulgue à l’issus de l’assemblée.

sources : Charlemagne et l'Empire Carolingien - Louis Halphen
Amicalement

Dalmatie
un bonjour de passage
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 15 oct. 2006 19:19

"Je suis Charlemagne" (Napoléon)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Surcouf35
Messages : 215
Enregistré le : 27 nov. 2006 13:11
Localisation : Antibes

Message par Surcouf35 » 05 déc. 2006 13:05

Je ne veux pas écrire de bêtises mais il me semble avoir lu un autre témoignage sur cette remise des aigles beaucoup moins brillante...Peu d'enthousiasme parmi la foule et un costume de sacre diversement apprécié de la part de ces vieux grognards venue retrouver leur "petit caporal" et non un personnage emplumé...
La parole a été donnée à l'homme afin de masquer sa pensée et le regard afin de dissimuler ses paroles
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 05 déc. 2006 13:08

J'ai le même souvenir de lecture que vous, Surcouf.

:fleur:
Avatar du membre
Surcouf35
Messages : 215
Enregistré le : 27 nov. 2006 13:11
Localisation : Antibes

Message par Surcouf35 » 05 déc. 2006 15:40

Ne seraient-ce pas les mémoires du capitaine Coignet par hasard ? Je crois que c'est le premier livre que j'ai lu sur Napoléon...
La parole a été donnée à l'homme afin de masquer sa pensée et le regard afin de dissimuler ses paroles
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 05 déc. 2006 16:47

Non.
J'ai ce livre, mais je ne l'ai pas encore lu.

Ou alors, Coignet en parle également, mais je l'ai lu ailleurs aussi.
Avatar du membre
Beethoven
Messages : 31
Enregistré le : 20 nov. 2006 20:46

Message par Beethoven » 05 déc. 2006 17:58

Vous avez peut-être lu cette description dans le livre de Dominique de Villepin.

Pour ma part, c'est là que je l'ai lue.
N’est -il donc, lui aussi, rien de plus qu’un homme ordinaire ?
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 05 déc. 2006 18:13

Bien possible, effectivement. Fort probable même.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 05 déc. 2006 23:43

Cette scène est également décrite dans "Les Cent-Jours" d'Emmanuelle Hubert. :wink:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 06 déc. 2006 9:03

Coignet n'était pas présent à la remise des Aigles. Il était malade et en convalescence à l'hôpital.

Salutations respectueuses.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Répondre