La plus grande erreur de Napoléon

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.

La plus grande erreur de Napoléon

Message par Fabrice Hemery » 13 Mai 2006 9:41

Je sais que cette question n'a pas vraiment sa place sur ce forum mais je la pose quand même. :twisted:

On parle beaucoup en ce moment de l'abolition de l'esclavage (le 10 mai dernier etait la journée de commémoration de l'esclavage) et notamment du rétablissement de l'esclavage en 1802 par Bonaparte.

Ne pensez vous pas que le rétablissement de l'esclavage est d'un point de vue de l'oeuvre civile la plus grossière erreur de Napoléon ou du moins celle qui a le plus desservi sa postérité ?

Merci pour vos réponses
Avatar de l’utilisateur
Fabrice Hemery
Pirate du net
 
Message(s) : 174
Inscription : 06 Mai 2006 10:54
Localisation : République Populaire de Wallonie

Message par fulub » 13 Mai 2006 10:20

une grossiere erreur ,pour nous maintenant au 21 siecle oui,mais je pense qu'il faut remettre cela dans l'etat d'esprit du 18 point de vue "mentalité"et point de vue "economique",cela faisait partie en qq sorte du "decor" de la civilisation,des etats de l'epoque,et que faire pour remplacer les esclaves ,dans les colonies,rien n'avait ete prevu pour cela,abolir c bien,mais il fallait prevoir de les remplacer ou les payer,,et je pense que napoleon ,a bien ete obliger de reinstaurer l'esclave par conviction economique ,mais pas trop par convictions racial,d'ailleurs il y a eu un général francais sur place(je ne sais plus son nom) qui a commis des actes horribles ,et napoleon sur le moment ne l'a pas su,sur le moment et quand ce général fut prisonnier des anglais sur les pontons ,ilne fit (napoleon) pour l'echanger contre d'autres prisonnierset ce général resta bien 8 ans je crois,sur ces fameux et tristement pontons ,alors que d'autres généreaux ,furent echanger,entre temps.
je ne pense pas que napoleon fut "un raciste" comme on le dit ,mais il avait comme bcp de personnes une vision du 18 siecle ,et si on lit des livres ou dictionnaire de l'epoque on s'apercoit qu'ils y a l'europe ,et le reste du monde ,c DEUX mondes different.
tspf
fulub
Vénérable TSPF
 
Message(s) : 1349
Inscription : 27 Avr 2006 6:08

Message par CC » 13 Mai 2006 10:38

Combien de personnes, combien parmi nous même, ne sont-elles pas prêtes à payer moins cher des produits dont on sait très bien qu'ils sont réalisés par des esclaves?

Bien sûr, les mots ont changé.
Les victimes aussi.
Mais le résultat est bel et bien identique, même si aucune loi officielle n'en parle.

Napoléon n'était pas un être au-dessus des autres.
Simplement, il avait un pouvoir supérieur.

Ceci n'excusant pas cela, bien entendu.
Mais comme le dit Fulub, cela l'explique et le replace dans le contexte.
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6192
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par Fabrice Hemery » 13 Mai 2006 12:39

Je suis tout à fait d'accord pour dire qu'il faut remettre la décision de Bonaparte dans son contexte. Il ne faut certes pas oublier qu'en 1802, la compagne de Napoléon n'était autre que Joséphine de Beauharnais qui était elle même la fille d'un riche proporiètaire de la Martinique. Ainsi tout laisse à penser que le Premier Consul a du recevoir une "amicale" pression de la part de Joséphine et de son cercle d'intime pour lesquels le rétablissement de l'esclavage rimait avec main d'oeuvre bon marché.

Cependant, ceci n'excuse en rien les exactions de Richepanse et consort à Saint-Domingue et en Guadeloupe. Bonaparte était-il au courant des massacres des noirs dans ces colonies ? Je ne sais pas, je pense que Drouet Cyril pourra nous en dire plus sur le sujet.

Je reste néanmoins étonné que le le brulôt de Claude Ribbe soit sorti à une période où ne devrions commémorer les grands succès de Napoléon au lieu de dénigrer l'homme ! Il me semble que ceci a d'ailleurs bien servi les politiciens qui ont alors tout fait pour éviter de ce rendre à Austerlitz et je pense que ce sera le même scénario pour la victoire de Iéna-Auerstadt.
Avatar de l’utilisateur
Fabrice Hemery
Pirate du net
 
Message(s) : 174
Inscription : 06 Mai 2006 10:54
Localisation : République Populaire de Wallonie

Message par fulub » 13 Mai 2006 18:46

mon cher fabrice,je ne dirais qu'un mot pour repondre: MARKETING.
quoi de mieux que de faire "vendre" a la date comemo "coincidence? non je ne crois pas,mais a ce moment la ,ce monsieur,sait bien tirer parti,de cette situation ,l'empereur l'aide ,dans cette demarche ,de vendre ce bouquin,comme quoi NAPOLEON,c 'est un bon sujet pour faire des sous.
sur un sujet qui 'l'emeut si il avait eu un "vrai sentiment" envers cette hiostoire il n'aurait pas attendu cete date pour sortir son livre.
tspf
fulub
Vénérable TSPF
 
Message(s) : 1349
Inscription : 27 Avr 2006 6:08

Message par Léon » 13 Mai 2006 23:46

Dans un très bon livre qui vient de paraître récemment, deux historiens spécialistes de la période impériale, Pierre Branda et Thierry Lentz, abordent cette question tout à fait honnêtement. Il s'intitule Napoléon, l'esclavage et les colonies, édité chez Fayard. La page 345 est intéressante. Car elle reproduit le Décret impérial qui abolit la traite des noirs. C'était en 1815, pendant les 100 jours.

Léon
Tout est problème dans la vie, ce n'est que par le connu que l'on peut arriver à l'inconnu.

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
Léon
 
Message(s) : 70
Inscription : 29 Avr 2006 12:47
Localisation : Gradignan (près de Bordeaux)

Message par CC » 14 Mai 2006 0:18

Ces cent jours sont tout à fait dans la période de ce site - et sont aussi un fabuleux espoir.

Espoir pour les peuples - l'esclavage en est semble-t-il une preuve - de même que pour les populations qui ont fait une fabuleuse ovation à l'Empereur, tant au retour de l'île d'Elbe qu'à celui de Waterloo.

Si les nations lui avaient fait confiance, aurait-il pu tenir ces promesses de paix et de concorde?
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6192
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par Léon » 14 Mai 2006 0:55

Cela aurait changé la donne. Avec la confiance des nations, Napoléon restaurait la paix et la concorde en France durablement.

Léon
Tout est problème dans la vie, ce n'est que par le connu que l'on peut arriver à l'inconnu.

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
Léon
 
Message(s) : 70
Inscription : 29 Avr 2006 12:47
Localisation : Gradignan (près de Bordeaux)

Message par Frédéric Staps » 14 Mai 2006 8:38

En quoi le rétablissement de l'esclavage pourrait-il considérer comme étant une erreur ? Que l'on parle de "crime" comme Claude Ribbe, cela peut se concevoir, d'autant que la loi Taubira a fait de l'esclavage un crime contre l'humanité, en le limitant d'ailleurs de manière assez absurde à la traite transatlantique (voir sur ce point la mise au point d'Alessandro Stella dans la revue L'Histoire, ce mois-ci). Mais en quoi serait-ce une erreur ?
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3620
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Message par CC » 14 Mai 2006 12:29

En 1800, il ne s'agisssait pas d'un crime, donc parler de crime n'est pas correct non plus.

Quant à parler de faute...

Au regard de l'histoire, sans doute. En tout cas pour nos contemporains. Sans doute que les suivants auront le recul nécessaire pour faire la part des choses, ce qui nous semble impossible à nous.

Quant à parler de faute pour sa politique, je ne pense pas. Cela lui a-t-il porté du tort?
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6192
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par Drouet cyril » 14 Mai 2006 16:48

Bonsoir,

En quoi le rétablissement de l'esclavage pourrait-il considérer comme étant une erreur ?


Le rétablissement de l'esclavage a largement contribué à l'insurrection générale à Saint-Domingue et du coup à la perte de la Perle des Antilles, fer de lance de la politique coloniale de Bonaparte en Amérique.
Leclerc, aux premières loges, s'est bien gardé de ne pas critiquer de pareilles mesures :

"Je vous avais prié, citoyen consul de ne rien faire qui pût faire craindre pour leur liberté, jusqu'au moment où je serai en mesure, et je marchais à grands pas vers le moment. [...]
La force morale que je m'étais acquise ici est détruite" (6 août)

Une erreur donc pour le chef de l'expédition de Saint-Domingue ; erreur, au regard du "timing".

Salutations respectueuses.
Avatar de l’utilisateur
Drouet cyril
 
Message(s) : 935
Inscription : 09 Mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 14 Mai 2006 16:53

En 1800, il ne s'agisssait pas d'un crime, donc parler de crime n'est pas correct non plus.


En 1800, l'esclavage était en France illégal. Amener un homme à l'état d'esclave sur le territoire de la République était bien, à cette date et au regard de la loi, un acte criminel.

Du point de vue moral, Napoléon a lui même reconnu que l'esclavage était un crime.


Salutations respectueuses.
Avatar de l’utilisateur
Drouet cyril
 
Message(s) : 935
Inscription : 09 Mai 2006 17:19

Message par CC » 14 Mai 2006 16:56

Voilà les réponses à mes questions. :?

Donc, oui - faute et crime. :|
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6192
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par Frédéric Staps » 14 Mai 2006 20:40

CC a écrit :Sans doute que les suivants auront le recul nécessaire pour faire la part des choses, ce qui nous semble impossible à nous.

Et pourquoi serions-nous incapables de faire la part des choses ? Y a-t-il vraiment quelqu'un qui serait prêt à dire que l'esclavage n'est pas condamnable ? Peut-on s'imaginer un seul instant que quelqu'un n'ait pas perçu que tenir une personne en esclavage était une chose affreuse, au moins pour la personne tenue en esclavage ? Et ce n'est pas parce que les propriétaires d'esclaves ne tenaient aucun compte de cet aspect qu'ils sont plus pardonnables. Au contraire. Cette manière de ne pas reconnaître aux esclaves le statut d'être humain à part entière est un des éléments les plus abjects de l'esclavage.
Napoléon lui-même était d'ailleurs sensible à cet aspect puisqu'à Sainte-Hélène, il a voulu faire affranchir un esclave noir. Au moment de rétablir l'esclavage, il a toutefois sans grande hésitation mis de côté de tels sentiments d'humanité pour de (mauvaises) raisons économiques et politiques et parce que c'était sans doute plus facile de prendre une telle décision pour des populations qui n'existaient pour lui que sur papier. Il n'y a cependant pas vraiment de motifs de supposer qu'il n'était pas conscient du caractère affreux de l'esclavage.
Drouet Cyril a écrit :Le rétablissement de l'esclavage a largement contribué à l'insurrection générale à Saint-Domingue et du coup à la perte de la Perle des Antilles, fer de lance de la politique coloniale de Bonaparte en Amérique.

Si on lit le texte de Leclerc que vous citez, il en ressort surtout que ce n'est pas le rétablissement de l'esclavage lui-même qui serait considéré comme une erreur, mais plutôt la manière dont il a été mis en oeuvre. Ce qu'il déplore surtout, c'est que l'annonce du rétablissement est arrivée trop vite et lui a fait perdre l'avantage qu'il aurait pu tirer de mettre en place un dispositif militaire avant cette annonce pour empêcher l'insurrection.
Dans une telle perspective, le bien-fondé du rétablissement de l'esclavage n'est pas fondamentalement remis en question et il apparaît assez clairement que si Napoléon avait pris conscience de l'erreur qu'il a commise, il aurait très probablement quand même rétabli l'esclavage mais aurait pris en même temps des mesures plus efficaces visant à éviter la perte de Saint-Domingue.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3620
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Message par Drouet cyril » 14 Mai 2006 21:33

Ce qu'il déplore surtout, c'est que l'annonce du rétablissement est arrivée trop vite



Oui, c'est ce que je voulais dire quand j'écrivais : "erreur, au regard du "timing". "
Avatar de l’utilisateur
Drouet cyril
 
Message(s) : 935
Inscription : 09 Mai 2006 17:19

Suivant

Retour vers Chef d'Etat, militaire, mari, amant, père, ami...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)