Extrait de Guy GODLEWSKI: 300 jours d'exil

L'Empereur a abdiqué. Il est à la tête d'une île ridiculement petite et cependant, il ne courbe pas l'échine.

Visitez les pages sur l'île d'Elbe

Extrait de Guy GODLEWSKI: 300 jours d'exil

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 9:10

...Une visite inopinée va troubler cette quiétude. exceptionnelle dans l'existence de Napoléon. Au cours de la nuit du 1er septembre, un navire entre en rade de Porto Ferrajo mais, au lieu de gagner le port, mouille dans une crique au fond du golfe. Bertrand prévenu accourt, salue profondément la jeune femme et l'enfant qui débarquent, fait atteler une calèche et seller les chevaux. Les voyageurs disparaissent aussi mystérieusement qu'ils sont venus. En ville le bruit se répand de l'arrivée de l'Impératrice et du Roi de Rome.
Quelques heures plus tot, au crépuscule, Napoléon avait suivi à la lunette l'approche du bâtiment. Dès qu'une estafette de Bertrand lui apprend l'accostage, il la renvoie avec ses ordres et saute lui-même à cheval. Précédé de quatre porteurs de torches, il descend de son nid d'aigle. La rencontre des deux groupes se fera au milieu de la nuit, le long de la mer, près de Marciana Marina. Napoléon prend la place de Bertrand dans la calèche et, tout en jouant avec les boucles blondes de l'enfant, s'enquiert affectueusement du voyage. Avant l'aube, tout le monde atteint enfin l'Ermitage, Napoléon a cédé sa chambre et fait dresser une tente devant la maison. Mais Ali, son valet de chambre, le voit furtivement la quitter aussitôt : Marie Walewska passe avec lui une dernière nuit...
Certes, les temps de l"idylle polonaise sont révolus. L'amour de l'Empereur est mort, celui de Marie subsiste-t-il ? Pendant les quatre années du règne de MarieLouise il l'a rarement revue. A Fontainebleau, après l'abdication, elle a vainement attendu une nuit devant sa porte, il ne l'a pas reçue. A l'île d'Elbe, elle lui a écrit plusieurs fois, gagnant par petites étapes la côte toscane, sollicitant la permission de venir. Il la lui accorde enfin et elle accourt, peut-être avec l'espoir de rester auprès de lui.
C'est mal le connaître. Informé quelques heures plus tard de la rumeur publique, il en conçoit un vif mécontentement. Ainsi, malgré les précautions prises, les Elbois sont déjà persuadés que sa femme et son fils l'ont rejoint. Il désire éviter que le Cabinet autrichien ne tire parti de cette visite pour inciter Marie-Louise à ajourner encore sa venue. Il ne veut surtout pas, lui si strict pour les autres, que sa conduite soit un objet de scandale quand la vérité éclatera.

Marie Walewska sera donc une fois de plus sacrifiée au devoir conjugal et aux obligations d'Etat. Il ne le lui dit pas tout de suite. Le matin, il l'emmène jusqu'à son rocher ; au déjeuner, il s'esquive pour sa visite quotidienne à Madame Mère - la famille avant tout. Le soir, il dîne sous la tente avec la jeune femme et les officiers polonais de la Garde. On improvise des danses, les chants slaves s'élèvent de la terre latine. Marie espère, Marie est heureuse. Le lendemain, informée par le trésorier Peyrusse de la détresse financière de l'Empereur, elle veut restituer le collier de perles qu'il lui offrit jadis à la naissance d'Alexandre, mais il refuse avec émotion et la prie doucement de partir le soir même. Puis il disparaît toute la journée et ne la reverra que pour les adieux.
Rien ne manque à cet épisode, ni le cadre exceptionnel où il se déroula, ni son dénouement romantique. Avec la nuit la tempête s'est levée, la pluie tombe en rafales. Marie, transie, serrant son enfant contre elle, tente de s'embarquer à Marciana. Le risque est trop grand. Son navire ira l'attendre à Porto Longone, à l'autre extrémité de l'île. De longues heures elle peine sur les mauvais chemins transformés en torrents. dans la nuit traversée d'éclairs. Lorsqu'elle atteint son but, on veut encore la dissuader. Trop fière elle s'obstine, saute dans une barque et, courant mille périls. gagne l'échelle de coupée. Le vaisseau s'éloigne, elle ne reverra Napoléon que furtivement à l'Elysée et à Malmaison. quelques mois plus tard. Lui, pendant ce temps, saisi de remords et d'angoisse, dépêche un officier d'ordonnance pour ajourner l'embarquement, puis de plus en plus inquiet, saute à cheval et galope jusqu'à Longone, où il arrivera trop tard. Au matin, accablé, frissonnant, il regagne l'Ermitage, mais le charme est rompu. Deux jours plus tard, il le quittera à son tour pour n'y plus revenir."
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

La crique de San Giovanni, face au port de PORTOFERRAIO

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 9:15

Image
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par CC » 15 Avr 2007 9:22

Merci, Général, pour cet émouvant épisode!

Pauvre Marie! :cry:
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6210
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 9:53

J'aurais pu mettre ce texte dans la rubrique "Marie Walewska" désolé!
:shock:
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par CC » 15 Avr 2007 9:57

Il est très bien ici! Cela s'est passé à l'île d'Elbe. :wink:

En fait, on imagine bien que si Napoléon avait affiché au grand jour son amour pour Marie, cela aurait bien pu se retourner contre lui.
Alors que pour Marie-Louise, pour autant que je sache, rien de tel ne s'est produit. :|

Dur sort des vaincus. :cry:

Mais je pense que plus que les conventions, Napoléon voulait préserver le petit Roi de Rome.
Avatar de l’utilisateur
CC
 
Message(s) : 6210
Inscription : 18 Avr 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 10:11

Marie le supplia de la garder, dans une petite maison discrètement...
Mais dans l'île (224 km²) tout se sait et déjà la garde impériale est décidée à empêcher le départ de l'Impératrice et de l'Aiglon...
Même le médecin, FOURREAU de BEAUREGARD avait confondu Alexandre avec le roi de Rome...
Il semblerait que l'Empereur après cet épisode n'ait pas rejoint Portoferraio mais bien Porto Longone où il réside dès le 5 septembre...
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par bbea53 » 15 Avr 2007 10:35

Merci génèral de cette relation émouvante :cry: !
Visitant ,il y a hélas quelques années déjà l'Hermitage ,certains ont affirmé que les tables et bancs rudimentaires fabriqués à partir de troncs d'arbres coupés (en trés mauvais état il est vrai !) étaient d'époque ,peut-être en savez-vous un peu plus ?
Avatar de l’utilisateur
bbea53
 
Message(s) : 318
Inscription : 13 Août 2006 16:55

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 10:59

A l'ermitage, l'Empereur dormait sous tente et Marie dormit dans le bâtiment en dur.
Je n'y ai plus mis les pieds depuis au moins 5 ans...
Je sais qu'un grave incendie a dévasté notamment les châtaigniers...
Quant aux tables et bancs, je n'ai jamais entendu parler de cela, mais on raconte tellement de choses...
Je vais tenter d'escalader cette année, mais c'est assez pénible!
Néanmoins, la vue sur place est superbe... et cela vaut le coup d'oeil.
Il y a toujours un abbé responsable de l'église (je dois encore avoir ses références...) et si j'ai bonne mémoire le 15 août, il y a(vait?) un pélerinage à la Madonna Del Monte.
Je vais mettre bientôt sur le site copie d'une une gravure que je possède.
:D
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 11:01

Image
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par général BERTRAND » 15 Avr 2007 11:02

Image
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par Fortune » 16 Avr 2007 8:39

Merci pour ce récit et les belles illustrations Général Bertrand.
Mais quelle tristesse... Mon côté fleur bleue sans doute, je déteste les rendez-vous manqués et cette brève entrevue elboise entre Marie et Napoléon en fut un.
Napoléon a-t-il sacrifié l'amour de Marie à la raison d'état, au "qu'en dira-t-on?".
Marie-Louise était sur le point de tomber sous le charme de Neipperg, Napoléon aurait dû garder Marie près de lui...

Je ne connais pas encore l'Ile d'Elbe mais je compte bien m'y rendre, tôt ou tard. :wink:
Fortune
Avatar de l’utilisateur
Fortune
L'Abeille de l'Empereur
 
Message(s) : 1499
Inscription : 07 Août 2006 16:04
Localisation : France

Message par général BERTRAND » 16 Avr 2007 8:58

Et oui cette histoire est émouvante et nous laisse un arrière-goût d'inachevé! Quelle déception pour Marie!
------------
Si vous allez à l'île d'Elbe, évitez absolument le mois d'août: non seulement les prix doublent et même triplent, mais de plus il y a un telle cohue sur l'île que cela en devient presqu'impossible de circuler!
Le printemps et l'arrière-saison sont des périodes idéales!
Je peux vous conseiller si vous le souhaitez...
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par général BERTRAND » 16 Avr 2007 9:02

Rien que pour vous, cette photo de PORTOFERRAIO... 8)

Image
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar de l’utilisateur
général BERTRAND
Elbois de coeur
 
Message(s) : 231
Inscription : 30 Mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...

Message par Fortune » 16 Avr 2007 10:05

Trop aimable Général, j'éviterai la pleine saison, ce que je fais où que j'aille. Si je planifie ce déplacement dans un futur proche je ne manquerai pas de vous solliciter.
Il me semble avoir vu un reportage assez bien fait sur l'Ile d'Elbe et Napoléon dans ce DVD "Quel roman que ma vie", dans la partie intitulée "Les Iles de l'Empereur".
(Par contre je connais bien la Corse. :wink:).
Fortune
Avatar de l’utilisateur
Fortune
L'Abeille de l'Empereur
 
Message(s) : 1499
Inscription : 07 Août 2006 16:04
Localisation : France

Message par bbea53 » 16 Avr 2007 10:08

Génèral Bertrand vos connaissances du pays ne sont plus à démontrer et je vais profiter de votre érudition pour vous demander (je me suis décidée à m'y rendre au début de Juin ),si, à part le répertoire mondial des souvenirs napoleoniens ,d'autres ouvrages plus complets existent? N'y a t il pas des oublis ou erreurs? .A l'Ermitage (200m) si j'ai bonne mémoire on trouvre dans les rochers du mont Giove "la Sedia di Napoleone" Vous avez attiré ma curiosité ,en affirmant qu'il y en avait un autre ,et que vous ne l'aviez pas situé .
Est-ce que celui figurant à gauche de cette carte est celui de l'Ermitage ou le deuxième lieu que vous cherchez ?
Excusez moi pour cet "interrogatoire " mais je profite de votre savoir
Merci
Image
Avatar de l’utilisateur
bbea53
 
Message(s) : 318
Inscription : 13 Août 2006 16:55

Suivant

Retour vers L'île d'Elbe.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité