FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
La campagne de France pouvait-elle être évitée ?
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 31 Mai 2006 9:03
Sujet du message:
Répondre en citant

Je ne comprends pas très bien en quoi le "népotisme" de Napoléon aurait été un vecteur de guerre. On peut évidemment regretter que Napoléon ait placé à la tête des royaumes satellites de la France des membres de son clan sans s'être interrogé au préalable sur leurs capacités à assumer ces fonctions. Mais si cela nuit grandement à l'image méritocratique que l'on veut donner au régime napoléonien, cela ne semble pas avoir particulièrement contribué à provoquer la guerre. Au contraire même, en ce qui concerne Louis puisqu'il semble avoir encouragé les négociations en vue de conclure la paix avec l'Angleterre en conformité avec les aspirations de ses sujets hollandais.
Ce qui est en revanche véritablement problématique, c'est l'expansionnisme de la France et le choix au terme de chaque nouvelle guerre victorieuse d'accroître encore un peu plus le territoire sous sa domination alors que cette domination était l'une des causes principales de la guerre qui venait d'avoir lieu.
En même temps, on peut s'interroger sur la possibilité réelle que Napoléon ait pu mener une autre politique. Son accession au pouvoir trouvait sa légitimité dans ses victoires militaires. Il apparaissait comme le sauveur de la France parce qu'il y avait une menace extérieure. Or en 1799, cette menace extérieure ne concerne plus directement le territoire de la France, mais essentiellement les conquêtes faites par la République en Italie et sur la rive droite du Rhin. Pour confirmer ce rôle de sauveur, c'était donc ces territoires extérieurs que Napoléon devait défendre et il lui était ensuite impossible d'abandonner des territoires pour la conservation desquels le sang des soldats français avait héroïquement coulé.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 31 Mai 2006 23:21
Sujet du message:
Répondre en citant

L'exemple type qui démontre à quel point le népotisme napoléonien a été un vecteur de conflit est celui de l'Espagne.
Cette guerre est d'ailleurs l'illustration de l'échec d'une occupation fondée sur la répression et la terreur.
Pour autant, la passivité de l'opinion publique des autres pays annexés à l'Empire ne signifie pas acquiescement face aux réformes françaises et soumission totale au souverain imposé par l'Empereur.
On constate ainsi des refus de servir dans l'armée, qui conduisent par exemple à réduire le contingent exigé de la Hollande.
Ici ou là, des soldats français de l'armée d'occupation sont assassinés.
L'exemple espagnol a également suscité l'émulation en prouvant qu'un peuple résolu pouvait résister à l'hégémonie française.
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 01 Juin 2006 8:50
Sujet du message:
Répondre en citant

La guerre d'Espagne est sans doute l'une des plus graves erreurs de Napoléon. Il a fait preuve dans cette affaire d'une extrême maladresse puisqu'en voulant empêcher la défection d'un allié peut-être pas entièrement sûr, il l'a poussé lui-même dans les bras des Anglais. Il s'est retrouvé également à devoir mener une très sale guerre coûteuse en hommes et qui a grandement contribué à détruire l'image positive qu'il avait réussi à conserver jusque là, notamment en Allemagne.
Le "népotisme" ne me semble cependant pas occuper une place fondamentale dans ce désastre. Certes, il a voulu mettre son frère Joseph sur le trône d'Espagne, mais les choses n'auraient probablement pas pris une tournure très différente s'il avait confié à l'un de ses maréchaux la charge d'administrer le pays.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 02 Juin 2006 0:32
Sujet du message:
Répondre en citant

Pas si sûr !
Certains des maréchaux d'Empire avaient un sens politique bien plus aiguisé que ce pauvre Joseph.
Certes, on ne refera pas l'Histoire, mais on peut raisonnablement penser que bon nombre d'erreurs commises par l'aîné des Bonaparte ne l'auraient pas forcément été par un gestionnaire plus avisé.
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 02 Juin 2006 8:04
Sujet du message:
Répondre en citant

Quelles sont les erreurs commises par Joseph ?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 02 Juin 2006 23:13
Sujet du message:
Répondre en citant

S'il n'y en a qu'une à relever, c'est précisément celle de n'avoir pas su refuser cette couronne, alors qu'il ne la réclamait nullement.
Vous m'objecterez qu'on ne pouvait pas refuser un ordre de Napoléon, même si l'on était son frère aîné. Sans doute.
Mais Joseph était un piètre politique et un gestionnaire médiocre.
Il n'avait pas les hauteurs de vue de son impérial cadet et il avait tendance à subir les événements davantage qu'à les provoquer.
Sa personnalité n'était pas assez affirmée pour cela.
Or, le trône d'Espagne réclamait justement une main de fer dans un gant de velours.
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 03 Juin 2006 7:50
Sujet du message:
Répondre en citant

Le 9 août 1808, Joseph écrivait à Napoléon :
Citation:
Devenu le conquérant de ce pays par les horreurs de la guerre à laquelle tous les individus espagnols prendront part, je serai longtemps un objet de terreur et d'exécration. Je ne dois pas désirer de régner en Espagne.

En écrivant cela, il faisait preuve d'une clairvoyance dont Napoléon ne sera jamais capable. Il paraît donc bien injuste d'imputer à Joseph des erreurs dont Napoléon est seul responsable.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 04 Juin 2006 0:05
Sujet du message:
Répondre en citant

Sa clairvoyance au sujet de son impuissance à gouverner le royaume d'Espagne ne fait pas pour autant de Joseph un fin politique.
Il était manifestement incapable de prendre les décisions qui s'imposaient au bon moment et se retranchait le plus souvent derrière les prétendues volontés de son cadet.
Son attitude pleutre lors du siège de Paris en 1814 en est une preuve éclatante et il porte une grande part de responsabilité dans la capitulation de la capitale.
Napoléon le dira lui-même : "Joseph est devenu fou..."
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 04 Juin 2006 8:57
Sujet du message:
Répondre en citant

La médiocrité des talents militaires des frères de Napoléon n'est, semble-t-il, guère à démontrer. Mais ce n'était pas vraiment de cela qu'il était question. Il avait été dit que le "népotisme" de Napoléon avait joué un rôle important dans le déclenchement des guerres. Or ici, il est plutôt question du fait que ce "népotisme" aurait parfois nui au bon déroulement des guerres. Nous parlons donc d'autre chose.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 04 Juin 2006 23:24
Sujet du message:
Répondre en citant

Le fait est pourtant qu'en imposant des hommes médiocres à la tête des Etats conquis, Napoléon a sans doute favorisé le sursaut des populations asservies au joug français.
Bon nombre de conflits sont ainsi nés du rejet de cette fratrie impériale, dont les membres étaient souvent plus préoccupés de leurs propres intérêts que de ceux de la nation qu'ils étaient censés gouverner.
J'anticipe déjà votre parade en vous concédant qu'il y eut aussi des exceptions à cette règle.
Mais l'impulsion était donnée et elle lézarda les fondations de l'Empire en profondeur.
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 05 Juin 2006 9:22
Sujet du message:
Répondre en citant

Quand on examine la chronologie des faits de la guerre d'Espagne, on ne trouve guère de confirmations à la théorie que vous exposez. C'est le 2 mai 1808 avec le soulèvement madrilène qui marque vraiment le début de la guerre d'Espagne. Or Joseph ne devient officiellement roi d'Espagne que le 7 juin 1808. La manière dont il a pu régner sur l'Espagne n'est donc en rien la cause du déclenchement de la guerre dont l'origine est à chercher essentiellement dans le fait que Napoléon a voulu de France imposer un roi étranger. Il est peu probable (mais évidemment impossible à démontrer) que le choix d'une autre personne pour devenir roi d'Espagne aurait changé les choses, dès le moment où il s'agissait de transformer l'Espagne en royaume vassal en plaçant à sa tête un roi devant obéïr à Napoléon.
J'ai souvent l'impression quand on parle de la guerre d'Espagne que l'on considère que l'erreur principale de cette guerre n'est pas de l'avoir provoquée, mais simplement de ne pas l'avoir gagnée. Crying or Very sad

Joseph n'est pas le plus incapable des frères de Napoléon. Jérôme correspond bien plus à cette image d'un roi bien plus préoccupé de ses intérêts personnels et de futilités que du bien-être de ses sujets. Il n'y eut pourtant pas de soulèvement général de la population contre lui. Le seul soulèvement populaire qui ait eu lieu dans un pays de langue allemande s'est produit au Tyrol que Napoléon avait eu l'étrange idée de détacher de l'Autriche pour le rattacher à la Bavière.

Quant à Louis, il a renoncé à son trône de Hollande avant que Napoléon n'ait le temps de le lui retirer parce qu'il s'était trop préoccupé des intérêts de ses sujets plutôt que de se contenter d'obéïr aux ordres de son frère.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Joker
Bouffon impérial


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1374
Localisation: Bruxelles - Belgique
Posté le: 05 Juin 2006 23:09
Sujet du message:
Répondre en citant

Vous citez fort opportunément l'exemple du Tyrol dont le peuple s'est soulevé contre le joug français, mais celui-ci n'est pas unique.
Ainsi, à l'arrivée des troupes françaises dans le royaume de Naples, une partie de la population calabraise se révolte, avec le soutien du clergé et l'aide des Anglais qui croisent au large et organisent la résistance de Gaète. L'insurrection est incarnée par Fra Diavolo qui donne du fil à retordre aux troupes françaises menées par le maréchal Masséna et au sein desquelles s'illustrent notamment le colonel Hugo et le général Lamarque.
Les Français parviendront non sans mal à éradiquer le mouvement, au terme d'une lutte sans pitié, extrêmement violente, s'inspirant de la répression conduite en Vendée en 1793-94.
Des villages entiers sont rasés ou incendiés, malgré les lettres de Joseph à Masséna, qui l'incitent à modérer ses ardeurs. (Pas si mauvais le bougre !).
Les insurgés seront fusillés ou envoyés aux galères, sans qu'on puisse établir le nombre exact des victimes de cette répression sans merci.
_________________
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric
Invité





Posté le: 09 Juin 2006 23:19
Sujet du message:
Répondre en citant

Juste un petit bonjour au passage.

Citation:
Joseph n'est pas le plus incapable des frères de Napoléon. Jérôme correspond bien plus à cette image d'un roi bien plus préoccupé de ses intérêts personnels et de futilités que du bien-être de ses sujets. Il n'y eut pourtant pas de soulèvement général de la population contre lui.


Vous faites erreur Pierre.
Il semble bien qu'une issurection se soit produite à Cassel le 28 septembre 1813.
Jérome ne devra son salut qu'aux hussards "Jérome Napoléon" de sa garde qui, bien qu'incorporés à l'armée westphalienne, étaient de recrutement français.
Sentant l'allemagne redresser la tête, Napoléon avait estimé que son frère était bien isolé au milieu de troupes allemandes à le fidélité toute relative. Le régiment fut créé par un décret du 31 juillet 1813.

Cordialement

Frédéric
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 10 Juin 2006 8:04
Sujet du message:
Répondre en citant

Cette insurrection est un épisode de l'effondrement général de l'empire napoléonien suite aux défaites subies en Allemagne. Il ne s'agit donc pas vraiment d'un soulèvement suscité par l'incapacité à gouverner convenablement de Jérôme.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6266
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 24 Juin 2006 22:57
Sujet du message:
Répondre en citant

Voici ce que dit Thiers de Joseph chef d'armée: (Histoire du Consulat et de l'Empire, vol 11, p 9-11)

Citation:
En effet, le roi Joseph, doux et sensé, assez contenu dans ses mœurs, n’avait, ainsi que nous l’avons déjà dit, aucune des qualités du commandement, du bien qu’il ambitionnât fort la gloire des armes, comme un patrimoine de famille. Mais il n’avait ni activité, ni vigueur, ni surtout aucune expérience de la guerre, et, à défaut d’expérience, aucune de ces qualités supérieures d’esprit qui la suppléent. Il avait, comme nous l’avons dit aussi, adopté pour mentor le digne et sage maréchal Jourdan, au jugement duquel il soumettait ses plans militaires, mais le plus souvent sans l’écouter, se décidant, après avoir longtemps flotté entre lui et ses familiers, comme il pouvait, et suivant les impressions du moment. Napoléon, qui avait discerné ses prétentions pendant la dernière campagne, s’en était moqué à Madrid, et s’en moquait encore à Schœnbrunn avec ceux qui allaient en Espagne, ou qui en revenaient. Il n’aimait pas le maréchal Jourdan, il cause de ses opinions passées et même de ses opinions présentes, le soupçonnant il tort d’être l’inspirateur des jugements assez sévères qu’on portait sur lui dans la nouvelle cour d’Espagne. Il voyait dans la tristesse et la froideur de ce grave personnage tout un blâme pour son règne ; et tandis qu’il se raillait de son frère, ne pouvant se railler du maréchal Jourdan qui ne prêtait pas à la moquerie, il le dépréciait ouvertement. Ce maréchal était parmi les officiers de son grade et de son ancienneté le seul sur lequel Napoléon n’eût pas fait descendre l’une des opulentes récompenses qu’il prodiguait à ses serviteurs. Des railleries pour le roi, une aversion visible pour son major général, n’étaient pas un moyen de relever l’un et l’autre aux yeux des généraux qui devaient leur obéir. Comment en effet des maréchaux qui n’étaient habitués à obéir qu’à Napoléon, chez lequel ils reconnaissaient. un génie égal à sa puissance, auraient-ils obéi à un frère qu’il disait lui-même n’être pas militaire, et à un vieux maréchal disgracié, dont il niait les talents ?

(…)

Napoléon, ordinairement si arrêté en toutes choses, n’avait pas su se résoudre à confier le commandement effectif à un frère qu’il n’en jugeait pas capable, et en le lui laissant pour la forme, il l’avait retenu en réalité pour lui-même. Et bien qu’un commandement inspiré par lui semblât devoir être préférable à tout autre, il est vrai de dire que les ordres de Joseph, quoique donnés sans connaissance de la guerre et sans vigueur, partant cependant de plus près, mieux adaptés aux circonstances actuelles de la guerre, auraient amené des résultats meilleurs que les ordres de Napoléon, donnés à une distance de six cents lieues, et ne répondant plus, quand ils arrivaient, à l’état présent des choses. Le mieux eût été que l’Empereur, arrêtant lui-même les plans généraux de campagne qu’il était seul capable de concevoir, laissât à l’état-major de Joseph le soin d’en ordonner souverainement les détails d’exécution. Mais doux, indulgent, paternel, confiant avec le prince Eugène, qu’il trouvait modeste, soumis et reconnaissant, il était sévère, railleur, défiant avec ses frères, qui se montraient vains, indociles et très peu reconnaissants. Il n’avait donc délégué à Joseph qu’une autorité nominale, et avait préparé ainsi sans le vouloir une funeste anarchie militaire dans la Péninsule.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 2 sur 3 Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 55040 / 0