200 ans aujourd'hui 5 mai 2021

Sujets en rapport avec le bicentenaire de la mort de Napoléon.
Les personnes non inscrites sur le forum peuvent participer aux échanges dans cette partie du forum. Leurs interventions devront toutefois être approuvées avant d'être publiées pour éviter des messages sans rapport avec l'objet du forum.
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 110
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Re: 200 ans aujourd'hui

Message par Pierre Bezoukhov »

Cipriani Franceschi a écrit : Sam 08 Mai 2021 22:31 Tous mes ancêtres directs étaient mariés
A l'époque, le taux des naissances "illégitimes" reste très faible dans les campagnes. Il est un peu plus élevé dans les grandes villes, notamment parce que les filles enceintes s'y rendent pour accoucher afin de bénéficier de l'anonymat de la ville. Un certain nombre des enfants nés hors mariage sont abandonnés. Le taux de mortalité dans les institutions auxquelles ces enfants sont confiés est dramatiquement élevé.
Quand on fait sa généalogie, il est donc plutôt exceptionnel de trouver le cas d'un ancêtre dont les parents n'auraient pas été mariés.
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2536
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: 200 ans aujourd'hui

Message par Cipriani Franceschi »

Pierre Bezoukhov a écrit : Dim 09 Mai 2021 9:16 Quand on fait sa généalogie, il est donc plutôt exceptionnel de trouver le cas d'un ancêtre dont les parents n'auraient pas été mariés.
Parmi mes ancêtres, j'en ai un qui s'est marié trois fois.... Les enfants de ce veuf, nés de 3 lits successifs, n'étaient donc pas illégitimes
C'est aussi le reflet du mariage en tant qu'institution, consacrée dans le Code Civil de 1804
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 110
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Re: 200 ans aujourd'hui

Message par Pierre Bezoukhov »

Cipriani Franceschi a écrit : Dim 09 Mai 2021 11:06 C'est aussi le reflet du mariage en tant qu'institution, consacrée dans le Code Civil de 1804
Le Code civil, dans la continuité des réformes mises en place par la Révolution avec le mariage civil et le divorce, introduit au contraire quelques assouplissements dans l'institution du mariage. Sous l'Ancien Régime, les couples qui vivaient en concubinage étaient susceptibles d'être poursuivis en justice, même si, dans la pratique, ces poursuites n'étaient pas fréquentes comme l'explique Benoît Garnot dans le livre On n'est point pendu pour être amoureux... La liberté amoureuse au XVIIIe siècle.
Le concubinage et les relations sexuelles hors mariage disparaissent de la liste des actes délictueux.
Malgré cela, on est loin d'assister à une généralisation de couples non mariés à l'époque.
En 1907, Léon Blum écrivait encore que « le mariage n'était pas une institution mauvaise, mais une institution mal réglée et dont on tire un mauvais parti, une institution [...] généralisée à l’excès, convenable à certains cas, à certains moments de la vie, mais non pas à tous. »
Il faut attendre la "révolution sexuelle" des années 1970 pour voir ce type d'union se pratiquer à une grande échelle.
Répondre